Contrôle surprise : logiciels libres contre logiciels propriétaires


Examen
Aujourd'hui, contrôle surprise sur Tux-planet ! Je vous propose donc un petit sujet d'examen afin de voir si les logiciels libres sont la réponse à tout. Si vous ne voulez pas redoubler votre année, je vous conseille d'y répondre sérieusement.

Linux contre un chat

Sujet : vous êtes un génie de l'informatique et vous venez de mettre au point, après plusieurs nuits de programmation intensives, un nouvel algorithme de compression. Celui-ci est totalement révolutionnaire, il se base sur la signature numérique du fichier et un calcul quantique très complexe. Il permet ainsi de compresser n'importe quel fichier, film ou photo à plus de 99%, et ceci en quelques secondes. Les vidéos présentent sur votre disque dur sont ainsi passées d'une taille de 700 Mo à 7 Mo. Vos photos de vacances prisent en 20 Mégapixels s'ouvrent instantanément sur votre vieux Pentium III...

Bref, vous êtes sur le point de révolutionner le monde de l'informatique et du stockage en général. Les applications à terme sont énormes et on pourrait retrouver votre système de compression un peu partout dans le futur : lecteurs de salon, baladeurs MP3, systèmes d'exploitation... Vous risquez de changer le monde de l'informatique à jamais, c'est certain.

A côté de cela, vous avez un seul et unique objectif dans la vie depuis que vous êtes né : devenir riche, très riche. Voir même l'homme le plus riche de la terre.

La question est donc la suivante :

Quelle méthode allez-vous utiliser pour tirer un maximum de profits de votre découverte ? Allez-vous diffuser le code source sous une licence libre ou open source ? Ou bien garder le code propriétaire et décider de ne jamais révéler le fonctionnement de l'algorithme ?

Gardez à l'esprit que vous devez gagner un maximum d'argent et qu'il ne faut pas que l'on vous vole votre idée, ni que certaines personnes développent un algorithme basé sur les mêmes principes. Vous vivez dans un monde impitoyable où tous les coups sont permis.

Je ramasse les copies dans 2 heures.


30 Commentaires pour "Contrôle surprise : logiciels libres contre logiciels propriétaires"

Flux des commentaires de cet article Ajouter un commentaire
  •  

    Ben là faut que j'aille bosser mon rapport moi, j'vais encore avoir un zéro... ;-(

    RépondreRépondre
    IUZGNU , le 9 janvier 2012 à 07:09
  •  

    Pourquoi "devoir" à tout prix gagner de l'argent ? ^^

    RépondreRépondre
    Tredok , le 9 janvier 2012 à 07:46
  •  

    Hummm, mon petit doigt me dit que les réponses vont aider le prof à "gagner un maximum d'argent" :)

    Vu les infos présentes dans le dernier paragraphe, je dirais que déposer un brevet sur l'algorithme (ou sur le principe) me semble une bonne option. Couteuse au début, mais si c'est révolutionnaire ça sera vite rentabilisé, non ?

    Pour le coup de pouce, je ne demande que 5% des bénéfices :D

    Bonne journée ^^

    RépondreRépondre
    Shibby , le 9 janvier 2012 à 07:58
  •  

    Je le propose à Google ou à Microsoft. Il m'embauche et il le brevette. ;+)

    RépondreRépondre
    Denis , le 9 janvier 2012 à 09:21
  •  

    Je le met en licence CC-by-nc-nd. Comme ça, les libristes peuvent l'utiliser pour révolutionner le monde libre, et les sociétés de privatiel vont payer cher pour continuer de vivre...

    RépondreRépondre
    NaWer , le 9 janvier 2012 à 09:42
  •  

    Je ne fais rien parce que ça ne m'arrivera jamais :)

    RépondreRépondre
    XD , le 9 janvier 2012 à 09:50
  •  

    "Vous vivez dans un monde impitoyable où tous les coups sont permis."

    - je relis Shannon, et je vois que je m'a gourré qqe part
    - je décide d'arrêter la fumette, et je revend mon stock
    - avec l'argent j'en achète en gros et je revend au détail
    - j'embauche 2 ou 3 personnes pour m'aider
    - les affaires marchent bien, j'étend mon domaine d'activité à d'autres secteurs (jeux, sexe, armes,...)
    - pour placer tout cet argent ("tu peux pas savoir le nombre de malfaisants qu'il existe, le monde en est plein", Louis le mexicain), j'investis en bourse.
    - en fait la finance c'est vachement bien.
    - j'achète une banque.
    - j'ai tellement d'argent que je prête aux états. Même plus besoin de fournir la came en échange. \o/

    J'ai bon ?

    RépondreRépondre
    jigso , le 9 janvier 2012 à 09:54
  •  

    @NaWer : Pas mal, mais je serais plus pour une licence Licence Creative Commons (CC-by-nc-sa) qui permet à tous de faire évoluer mon code (donc pas de maintenance de ma part) tout en offrant la possibilité aux grandes boites (pleines de sous-sous) de me payer pour utiliser ce code magique.
    Enfin c'est dans l’hypothèse où, je suis un "génie" et je n'ai pas découvert ce code dans le cadre de mon boulot ...

    RépondreRépondre
    karma , le 9 janvier 2012 à 10:41
  •  

    la methode la plus simple.

    1) Je dépose un brevet ou je reste assez vague pour que les concurrents ne puissent pas me copier en changeant 2 3 trucs.
    2) je met a dispo mon codec de décompression gratuitement en lecture et même open source
    3 Je met le codec de compression assez cher pour que les éditeurs viennent me l'acheter...

    Taxe de décompression, compression ou les 2 ?
    Bref sur quoi baser son business modèle...
    Je pari sur la compression.
    C'est le modèle d’acrobate reader.
    Une fois que son extension devient le standard du marché, la compression est payée au prix fort par les éditeurs.

    RépondreRépondre
    dufoli , le 9 janvier 2012 à 10:45
  •  

    1) Je crée une version libre grand publique qui ne compresse qu'à 95% afin d'éviter les brevets logiciels et qui sera sans doute suffisant pour la majorité des besoins.
    2) Fort de mon expertise et de ma réputation, je me fais embaucher dans une société de type Google pour développer sur leur server la solution à 99%. Car dans leur cas, 4% représente une différence énorme et j'engrange un maximum d'argent en attendant qu'un autre trouve la solution 99% publique à partir de ses recherches sur la méthode à 95% ce qui l'oblige à la laisser libre. De toute manière, cela n'aura aucune importance pour moi car mon avenir sera assuré.

    Ce n'est pas la solution qui rapportera le plus d'argent brut. Mais c'est la plus sûre et c'est elle qui vous laissera le plus de temps et de confort. Hors, la sécurité, le temps et le confort. Vaut énormément d'argent.

    Je ne pense pas qu'un brevet sera la bonne solution, car il faut d'énorme ressource de départ pour l'acheter mais aussi pour le défendre. Sans l'aide d'une entreprise, c'est impossible. Je risque juste de me faire ruiner en action en justice, jusqu'à ce qu'une grosse société me propose charitablement de m'acheter mon brevet en payant les frais de justice, d'emprunt et d'hôpital psychiatrique.
    Dans un monde impitoyable, je préfère viser la sécurité. Dans notre monde, je préfère viser le gain de temps. Dans ces 2 cas, je pense que ma solution est la moins mauvaise.

    RépondreRépondre
    foolke , le 9 janvier 2012 à 11:08
  •  

    Premièrement, il faut déposer un brevet et fermer les sources.

    Mettre à disposition le logiciel à prix moyen.

    Puis dans un second temps, se rapprocher des majors pour faire du lobbying pour ajouter une loi afin de rendre la compression de fichier obligatoire. En mettant sur le compte du GreenIT via la réduction de l'espace de stockage. Ainsi, seuls les logiciels labellisés pourront être utilisé, et comme nous nous sommes rapprochés des majors, le notre l'est forcément.

    Etant le seul logiciel pouvant être utilisé dans un premier temps, nous explosons les prix pour se faire un maximum d'argent, permettant d'investir afin d'éliminer toutes concurrences.

    Puisque que nous avons le monopole du marché, nous pouvons tout ce que nous voulons à des prix exhorbitant et nous sommes aidés par la loi.

    RépondreRépondre
    xertux , le 9 janvier 2012 à 11:08
  •  

    Tu as oublié de définir ce que c'est qu'être riche.

    RépondreRépondre
    papillon41 , le 9 janvier 2012 à 12:53
  •  

    @Shibby : un brevet international, c'est pas mal à mon avis comme choix.

    @NaWer : avec ta solution, tu ne deviendras jamais riche et donc tu ne réponds pas au problème cité.

    @karma : en céative common, tu prends pas le risque qu'une société pique ton idée d'algorithme ? Et qu'elle en fasse un logiciel propriétaire et gagne de l'argent à ta place ? Tu auras ensuite beaucoup de mal à prouver qu'il ton piqué ton idée.. non ?

    @dufoli : l'idée de séparer algorithme de compression et décompression est bonne. J'y avais même pas pensé. Par contre, dans un cas comme celui-ci, il faudrait faire gaffe à ce que quelqu'un ne puisse pas générer le codec de compression à partir de celui qui décompresse.

    @foolke : tu mets en évidence les faiblesse des brevets. Effectivement, il faut de l'argent pour ce genre de chose.

    @xertux : mort de rire. Le pire, c'est qu'on est proche de la réalité.

    @papillon41 : avoir plein d'argent, dans le sens du texte ici.

    RépondreRépondre
    pti-seb , le 9 janvier 2012 à 13:42
  •  

    C'est marrant, mais dans un cas comme celui-ci, personne n'a vraiment proposé une solution à base de licence libre uniquement. Est-ce incompatible ? Ou alors il faut faire une croix sur les profits générés pour s’embarquer dans un tel choix ?

    RépondreRépondre
    pti-seb , le 9 janvier 2012 à 13:44
  •  

    "Vous vivez dans un monde impitoyable où tous les coups sont permis."

    Ok, je met le soft sous GNU GPL et je braque la fondation Gates, organisme crée dans le seul but de garder sa fortune et d'échapper aux fiscs.

    RépondreRépondre
    Nyutag , le 9 janvier 2012 à 14:10
  •  

    Les brevets logiciels sont une ânerie -> Pas de brevet donc mais des dépôts d'antériorités au cas ou un âne voudrait jouer à ça.

    Le logiciel est publié sous licence Open-Source permettant une utilisation/modification non commerciale pour créer une communauté autour du produit et voir l’algorithme inclue dans d'autres projets libres.

    La société se rémunère ensuite de 2 manières : vente de licences commerciales+support, et recherche/dev pour des gros projets clients.

    Concernant l'utilisation/copie frauduleuse du code, on est dans le noeud de l'Open-Source. Mon point de vue est qu'il faut construire la notoriété de l'algorithme et de la société qui est derrière, et que la copie va de paire avec cette notoriété. Vous êtes protégé légalement contre un gros qui voudrait reprendre le soft, et les petits copieurs n'auraient quoi qu'il arrive rien achetés à la société.

    L'avantage de cette solution par rapport à une solution propriétaire est pour moi la construction + rapide de la notoriété de l'algorithme. Si on veux devenir riche avec un tel projet, il faut démontrer auprès de grands comptes qu'il est fiable, maintenable et adapté pour la gestion d'énormes quantités de données. Le fait que l'algorithme puisse être diffusé dans certains logiciels libres aide beaucoup pour répondre à cette question, comme par exemple l'inclure par défaut dans Libre Office, VLC, Firefox, etc...

    RépondreRépondre
    Nicolas , le 9 janvier 2012 à 14:15
  •  

    Brevet international sur l’algorithme, implémentation open source, un peu genre compression G.729 ou h.264.

    RépondreRépondre
    cnxsoft , le 9 janvier 2012 à 15:52
  •  

    Je mets le tout sous licence libre, je pense qu'une telle idée m'apporterait une notoriété et une reconnaissance assez conséquente de la part de plusieurs gros projets (libres ou non), et c'est cette notoriété que je ferais fructifier par la suite : facilité à "apparaitre" dans le milieu informatique, à avoir accès à des fonds, à avoir un nombre de visiteur important sur les sites-web que je fais, etc... Je ne deviens pas riche avec le projet en lui-même, mais ce qu'il y a autour.

    RépondreRépondre
    A.Bishop , le 9 janvier 2012 à 16:48
  •  

    tu mets un brevet sur l'implementation hardware. le software c'est impossible à controler sans compter sur l'honneteté des gens aka respect des brevets, licences

    RépondreRépondre
    llnux , le 9 janvier 2012 à 17:35
  •  

    Je publie sous licence BSD et je fais le tri dans les offres d'emploi qui vont tomber par centaines :)

    RépondreRépondre
    deblan , le 9 janvier 2012 à 21:19
  •  

    Je ne pense pas que le brevet soit la solution..
    L'idée est plutôt d'acquérir une notoriété, et de juger de la licence d'utilisation final suivant les différentes opportunités qui s'offrent à nous.

    RépondreRépondre
    Thibault , le 9 janvier 2012 à 21:43
  •  

    Je ne publie pas mon invention, je reste pauvre mais les autres aussi, donc je suis riche car je ne suis pas plus pauvre que les autres qui ne peuvent pas devenir riche puisque qu'ils n'ont pas mon invention..

    Je crois que c'est l'heure d'aller dormir pour moi.. 0/20, mention: "S'est trompé de cours et se croyait en cours de Philosophie sophiste"

    Sinon j'aime la réponse de Nytag ;) Comme tous les coups sont permis tu vas péter la gueule à ceux qui sont riche^^

    RépondreRépondre
    JibZ , le 9 janvier 2012 à 23:19
  •  

    C'est un peu absurde comme "enquête". Tu veux absolument nous faire dire que l'idéal est la license propriétaire?

    RépondreRépondre
    iijethroii , le 10 janvier 2012 à 00:51
  •  

    Les 2 heures sont ecoulees depuis longtemps.

    Je place l'algorithme sous license libre, en faisant bien attention a ce que mon nom soit associe a la decouverte dans wikipedia. Je devellope dans mon coin des cas d'utilisations, des logiciels utilisant cette technologie, pour la compression d'image, la synchronisation de fichier entre plusieurs appareils..
    .
    Puis, la popularite se developpant, on me demande de participer a des conferences pour expliquer les impactes de ma decouverte, les portees philosophique: quand la conference est dans ma ville, ok. Quand c'est a l'autre bout du monde, je demande a etre dedommage.

    Tres vite on me propose des place de professeurs dans des universites prestigieuses, donc les salaires sont juste enorme.

    Pour developper encore plus l'influence de cette technologie, une fondation ce met en place, je suis membre permanent.

    Puis ce sont les industrielle qui me contacts pour implementer encore plus cette technologie dans de nouveaux outils, a chaque fois, un don a la fondation est encourage par les groupes industrielles pour montrer leurs engagement.

    voila voila

    RépondreRépondre
    WilnocK , le 11 janvier 2012 à 03:29
  •  

    @iijethroii : je ne te force pas à dire quoi que ce soit. Je m’interroge juste sur la meilleure solution.

    RépondreRépondre
    pti-seb , le 11 janvier 2012 à 08:35
  •  
    Muy_Bien , le 16 janvier 2012 à 12:19
  •  

    Comptes-tu nous faire un petit résumé de tout ce qui a été répondu? Ca serait intéressant d'avoir aussi ton point de vue.

    De mon point de vue, j'obterais pour une solution 100% libre afin de protéger l'invention et proposer mon expertise sur le produit.
    Inconvénient : je deviendrais moins vite riche
    Avantage : je ne serais pas le seul à pouvoir en profiter et j'aurais oeuvré pour un monde meilleur (oui, c'est philosophique ... mais avoir de l'argent n'a jamais rendu heureux ... ça ne fait qu'y contribuer !)

    RépondreRépondre
    Greg de H , le 16 janvier 2012 à 13:57
  •  

    @Greg de H : non je n'ai pas l'intention de faire de compte rendu. Il n'y a pas vraiment de réponses exacte et chacun y va de sa petite méthode.

    Sinon pour moi, je ne pense pas qu'une solution 100% libre soit le bon choix dans un cas comme celui-ci. Sauf si on ne veut pas devenir très riche. :-)

    RépondreRépondre
    pti-seb , le 17 janvier 2012 à 08:14
  •  

    Et bien dans les grandes lignes je pense garder le code propriétaire comme arme "juridique", mais cependant j'en dévoilerais l’algorithme au programmeurs partageurs, scrupuleux et peu vénale et attaquerait ceux qui voudraient se faire de l'argent avec. Pour illustrer, si j'étais chanteur tout le monde pourrait écouter et partager ma musque gratis mais personne ne pourrait se faire de l'argent avec :). Ça se tien? (je ne suis pas très fort sur les législations).

    RépondreRépondre
    Simpi , le 22 janvier 2012 à 16:58
  •  

    Salut,

    Moi je veux pas devenire riche en plus mon réponse vien un peu tard :-p !

    Que pensé vous d'une association avec une société avec une expérience dans le domaine par exemple RarLab ?

    RépondreRépondre
    SMed79 , le 14 février 2012 à 00:20
 

Ajouter un commentaire

actualité android apache apple astuce astuces bash bilboblog blog boot chrome clavier commande commandes conky date debian Desktop développement elementary exploit faille fedora firefox flash gimp gnome google graphique Graphisme hack hacking Hardware humour intel internet iphone jailbreak Jeux Kde kernel libre Linux log logiciels Logiciels Libres lucid lynx maemo mail maquette metasploit microsoft mobile mockup monitoring mozilla multi-touch musique mysql n900 nautilus nokia noyau openoffice open source password photos php Planet publicité redhat red hat rpm réseau screenshot script serveur serveurs shell sql ssh statistiques sysadmin system Sécurité thème tux-planet tv twitter ubuntu unity vidéo vidéos vlc voyage wallpaper windows wordpress yum